Comment se sont formées les campagnes et les villes ? D’où viennent leur richesse et leur diversité ? Comment les hommes ont-ils aménagé leur environnement naturel ? Et comment l’organisent-ils ? Chaque émission de la série Paysages propose une lecture détaillée, minutieuse d’un paysage européen sous des aspects géographiques, économiques, historiques, sociaux et esthétiques...

Comment se sont formées les campagnes et les villes ? D'où viennent leur richesse et leur diversité ? Comment les hommes ont-ils aménagé leur environnement naturel ? Et comment l'organisent-ils ?
Chaque émission de la série Paysages propose une lecture détaillée, minutieuse d'un paysage européen sous des aspects géographiques, économiques, historiques, sociaux et esthétiques.
Le principe est simple : partir de ce que l'on voit, de ce que chacun peut voir, et passer progressivement du visible à l'invisible. Au premier coup d'œil, le paysage est un ensemble d'éléments épars sans liens apparents entre eux. Il est une énigme qu'on déchiffre comme on mène une enquête : il faut relever les indices, reconstituer les faits, interroger les témoins et démêler les fils de l'intrigue. Une enquête que le réalisateur mène en collaboration étroite avec des spécialistes du paysage, géographes, sociologues, ethnologues...
Les habitants du lieu interviennent en contrepoint. Ils interrompent l'enquêteur pour le contredire, préciser une information, compliquer, insuffler de la vie dans "leur paysage".
Les paysages sont des prismes révélateurs de la transformation d'une société, de son économie, de ses modes de vie. Ils en disent long sur nous, leurs auteurs, sur nos modifications, avant même qu'elles ne soient saisies par les statistiques.

 

- 
Paysages: Saint-Gilles, île de la Réunion, France 


Le paysage de la Réunion est partagé en deux espaces qui se superposent comme les étages d'une maison : les "bas" et les "hauts".
L'un est traditionnellement réservé à la culture de la canne à sucre, l'autre, plus sauvage, est couvert de champs de géraniums et de bois d'acacias.
Au-delà des Hauts, des landes, des cirques désolés et des montagnes volcaniques. Cette répartition géographique recoupe les divisions de la société réunionnaise. À bien observer le paysage, on peut déceler de manière immédiate les répercussions des transformations économiques et sociales.
Quand la canne à sucre était la principale ressource de l'île, elle était le cœur du paysage ; le reste, c'est-à-dire les extrémités, le rivage ou les montagnes, était lointain et inutile. Puis tout bascule. Le centre devient périphérie. Le beau, l'utile, ce n'est plus la plantation, les champs de canne, mais la plage ou le sommet des montagnes qui attirent des touristes de plus en plus nombreux, au point qu'ils sont sur le point de devenir les principaux acteurs économiques de l'île.

En cours de chargement ...