Une année aux chantiers navals du Havre au terme de laquelle 10 000 tonnes d'acier seront lancées à la mer pour la dernière fois… Un an à regarder le chantier et à écouter les gens parler de leur métier et du désastre advenu… Film-témoignage réussi…

Après cinq siècles d'activité, les chantiers navals du Havre vont fermer dans l'indifférence générale. Jean-Marc Moutout a passé un an à filmer les gens, à les écouter parler de leur métier. Ils sont monteurs, soudeurs, contrôleurs et donnent leurs explications du désastre. Les entretiens rythment la construction du dernier navire, dix mille tonnes d'acier qui vont être mises à flot pour la dernière fois...Pour beaucoup, leur emploi était une "bouée de sortie" et certains travaillaient depuis plus de vingt-cinq ans aux chantiers, où ils s'étaient installés avec toute leur famille. Même si les conditions de travail étaient souvent dures et le salaire peu élevé, tous étaient prêts à rester.Jean-Marc Moutout donne la parole à ces ouvriers ainsi qu'aux responsables des ateliers et chantiers du Havre. Le film propose une réflexion sur les mutations de notre société : comment lutter quand la moitié des employés est intérimaire, quand le syndicat n'inspire plus confiance, quand la direction distille les informations, quand le client est roi, quand l'État a décidé de fermer, quand l'Asie rafle les marchés.

"(...) Manifestement inspiré par le travail du grand documentariste américain Frederick Wiseman, ce documentaire a l'ambition d'aller au-delà des mots. Les images et leur enchaînement doivent raconter les mutations industrielles des vingt dernières années, l'atomisation de la classe ouvrière divisée par les contrats de travail. Sans égaler la rigueur et l'humour de Wiseman, c'est en partie réussi."

Luc DESBENOIT, Télérama, 14 octobre 2000.

En cours de chargement ...