Dans la série "Contacts" imaginée par William Klein, les plus grands photographes contemporains dévoilent les secrets de leurs images. Pour la première fois, ils commentent dans ces films leurs planches contacts, leurs épreuves de travail. Dès 1980, il photographie des lieux abandonnés, voués à la démolition et peuplés de figures humaines qu'il peint lui-même. Quelle que soit son intervention dans ces espaces, seule la photographie a valeur d'oeuvre achevée. La qualité des tirages cibachromes, leur grand format, le fait que l'artiste obtienne par des moyens très simples une force visuelle d'une rare intensité, tout cela confère à son oeuvre une place tout à fait singulière et pertinente dans un art aux confins de la photographie, de la peinture et de l'installation.

En cours de chargement ...