Clermont-Ferrand et l’Auvergne, pendant les années 40 à 45 : la guerre, la défaite, l’occupation allemande, la résistance triomphante, la fin de la guerre. Témoignages d’hommes et de femmes qui ont vécu ces événements, entremêlés de bandes d’actualités françaises, anglaises et allemandes. Dans une chronologie volontairement brisée, le réalisateur a rendu vivants les grands faits de l’époque ainsi que le climat quotidien de cette dramatique période de l’histoire de l’Europe. Un film choc qui modifia en profondeur la perception de la collaboration, de la Résistance et de l'Occupation en général…

"(...) Les entretiens, menés en compagnie d'André Harris, montés selon une précision d'orfèvre, puis introduits avec grâce dans cette ronde du scalp documentaire, révèlent l'époque avec un charme romanesque et une précision entomologique (...)."

Télérama hors série, Le guide du cinéma chez soi.

"(...) Le Chagrin et la pitié est un tournant capital dans la perception cinématographique de la collaboration, de la Résistance et de l'Occupation en général. Le film casse toutes les idées reçues sur Vichy qui étaient diffusées dans la société française jusque-là. (...) Son impact se mesure au nombre d'années qu'il devra attendre – douze ans – avant d'être diffusé à la télévision pour laquelle il avait été produit. (...) Le Chagrin et la pitié a ouvert la voie à tout un courant littéraire et cinématographique que l'on appelle "la mode rétro". Cet esprit nouveau a bousculé les consciences, de nouvelles questions se sont posées : que voulait dire être résistant, que voulait dire être collaborateur ? L'Histoire officielle était égratignée, les tabous s'effondraient."

Jean-Pierre BERTIN-MAGHIT, Guide des films Jean Tulard.

- Prix Georges-Sadoul, 1970.

En cours de chargement ...
Ce film est accessible pour un public entre 11 et 15 ans.