Comment se sont formées les campagnes et les villes ? D’où viennent leur richesse et leur diversité ? Comment les hommes ont-ils aménagé leur environnement naturel ? Et comment l’organisent-ils ? Chaque émission de la série Paysages propose une lecture détaillée, minutieuse d’un paysage européen sous des aspects géographiques, économiques, historiques, sociaux et esthétiques...

Comment se sont formées les campagnes et les villes ? D'où viennent leur richesse et leur diversité ? Comment les hommes ont-ils aménagé leur environnement naturel ? Et comment l'organisent-ils ?
Chaque émission de la série Paysages propose une lecture détaillée, minutieuse d'un paysage européen sous des aspects géographiques, économiques, historiques, sociaux et esthétiques.
Le principe est simple : partir de ce que l'on voit, de ce que chacun peut voir, et passer progressivement du visible à l'invisible. Au premier coup d'œil, le paysage est un ensemble d'éléments épars sans liens apparents entre eux. Il est une énigme qu'on déchiffre comme on mène une enquête : il faut relever les indices, reconstituer les faits, interroger les témoins et démêler les fils de l'intrigue. Une enquête que le réalisateur mène en collaboration étroite avec des spécialistes du paysage, géographes, sociologues, ethnologues...
Les habitants du lieu interviennent en contrepoint. Ils interrompent l'enquêteur pour le contredire, préciser une information, compliquer, insuffler de la vie dans "leur paysage".
Les paysages sont des prismes révélateurs de la transformation d'une société, de son économie, de ses modes de vie. Ils en disent long sur nous, leurs auteurs, sur nos modifications, avant même qu'elles ne soient saisies par les statistiques.

 


- Paysages: Fos-sur-Mer, Bouches-du-Rhône, France 


À l'origine, Fos était un village oublié, protégé par ses marais, aux confins du delta du Rhône et de la Crau, une plaine immense, plate et caillouteuse, balayée par le mistral. Brutalement, sans transition, 18 000 ouvriers venus du monde entier envahissent ce bout du monde où rien n'est prévu pour les accueillir. 
Sur une surface de 20 000 hectares, on creuse un port immense, on implante une acierie, des raffineries, des usines chimiques et sidérurgiques, on construit des autoroutes, des voies ferrées, des canaux. On rêve d'une mégapole industrielle capable de faire vivre un million de personnes.
Le site est idéal : aux yeux des aménageurs, Fos est un espace vierge, une terre disponible, un lieu à conquérir. Les Fosséens n'ont pas la même vision. Le séisme : c'est le nom qu'ils donnent au chambardement qui bouleverse leur paysage.
Un univers éclaté où s'imbriquent sans logique apparente des espaces contradictoires, anachroniques. Et tout cela parce que Fos est un paysage inachevé, le produit d'un rêve de grandeur qui s'est interrompu brutalement au début des années 70, dissipé par la crise économique.

En cours de chargement ...