Alors qu'aujourd'hui tout tend vers une volonté d'égalité entre les sexes dans notre société, le cinéaste constate, de manière implacable, que le machisme est profondement ancré dans les mœurs et que chaque sexe est conditionné à jouer son rôle… Un état des lieux provocant mais instructif qui invite à la réflexion…

"Le film est un drôle d'objet, extrêmement violent dans son propos. Ce n'est pas une œuvre chirurgicale, l'autopsie subtile d'un problème social : Patric Jean ne pratique pas le scalpel, mais la grenade."

Pascal RICHE, Rue89, 25 novembre 2009.

"Passant d'une unité médicale réalisant des opérations d'allongement du pénis à un groupe d'agités "masculinistes" affirmant que "le féminisme est un crime contre l'humanité" ; d'une séance de "speed dating" où des jeunes femmes décrivent l'homme idéal en macho à un magasin de jouets où un vendeur explique, sans rire, que les filles ne veulent que "jouer à la princesse" tandis que les garçons ont "plus d'imagination", il pose un bilan de la guerre des sexes à la fois déroutant (nous en sommes encore là ?) et drôle. Mais, peu à peu, un glissement se fait vers la violence dans le couple."

Isabelle DANEL, Première.

"Ce doc scrute les rapports hommes-femmes, d'un point de vue amoureux, économique et social. Et sur ce thème qu'on pourrait croire éculé, Patric Jean sait faire preuve d'originalité. Au fil de scènes drôles (Pierre Tchernia revisitant le concept de femme objet...), surréalistes (les "masculinistes" québécois persuadés que les féministes sont au cœur d'un vaste complot) ou dramatiques (les femmes battues), il n'enfonce aucune porte ouverte. Mais il démontre, en évitant tout manichéisme (...)), que la prétendue égalité entre les sexes est une chimère. Une œuvre passionnante et dérangeante."

Thierry CHEZE, Studio Ciné Live.

En cours de chargement ...