Front National en France, Vlaams Blok en Belgique, Republikaner en Allemagne, "Libéraux" en Autriche, Ligue du Nord ou MSI en Italie, pour ne compter que ceux-ci, défraient la chronique dans l'Union européenne. Le populisme a le vent en poupe sur le continent. Le populisme, cette virulente expression du rejet de l'ouverture et des différences, du repli sur soi, charrie, sur un terreau de frustations et d'humiliations socio-économiques réelles, un amalgame de nostalgies et de mythes aussi irrationnels qu'obscurs. Il plonge ses ramifications dans un passé récent que l'Europe démocratique croyait définitivement éradiqué depuis 1945. Une sombre généalogie est de nouveau à l'oeuvre.

"(...) De la rédaction de l'Humanité Dimanche à celle de France 2, le journaliste Marcel Trillat a longtemps promené son regard de Droopy sur le monde ouvrier, ses combats et ses conditions de travail. Il restitue ici la parole de gens que l'on n'entend pas suffisamment, et son regard critique montre que la mondialisation et la délocalisation ne sont parfois que des prétextes pour mieux faire croire à l'inéluctabilité de l'évolution économique. Son point de vue est clair et engagé : il filme du côté des ouvriers, sans pour autant négliger les autres aspects de la question. Parce qu'il se regarde comme un film, le documentaire de Marcel Trillat pourrait être une fiction. Il s'agit pourtant bien de la réalité."

Cécile MAVEYRAUD, Télérama n° 2872, 26 janvier 2005.

En cours de chargement ...