Près de 30 ans après la fin du conflit de Lip, le réalisateur revient à Besançon pour tenter de faire le bilan de cette lutte ouvrière en donnant la parole à tous ceux qu'on n'a jamais entendus, "les sans voix", dont ses parents qui vécurent la fin du conflit comme un drame douloureux et déchirant… Il s'agit aussi de confronter ses souvenirs d'enfants aux analyses des anciens…

Thomas Faverjon est né à Besançon et se souvient que ses parents - tous deux employés de l'usine Lip - ont participé jusqu'à sa liquidation, à la lutte pour leur usine et leur emploi. Près de trente ans après la fin du conflit, il tente de comprendre ce que ses parents ont vécu et ont omis de lui transmettre.

Articulant l'histoire sociale à la chronique intime, le film traque les traces : des espoirs suscités par l'aventure des coopératives ouvrières de production jusqu'à son échec. Thomas Faverjon pose des questions dérangeantes, avec acuité et pudeur mêlées.

"(...) Trente ans après, [Thomas Faverjon] est le premier à poser des questions dérangeantes avec autant d'acuité et de pudeur mêlées."

Joël MAMET, L'Est Républicain, 22 octobre 2007.

En cours de chargement ...