Un long voyage dans le wagon de troisième classe surchauffé d'un train lancé à travers l'hiver russe à la vitesse d'un âne au galop, en compagnie d'un ancien tankiste de l'Armée rouge rencontré par hasard sur la couchette d'en face et qui devient le commentateur des choses et des gens. Les personnages les plus inattendus montent et descendent, saucissonnent, bavardent, rêvassent, ronflent – et surtout racontent leur vie brisée.

"(...) En dehors des confidences récurrentes de son voisin, le cinéaste enregistre diverses conversations, picore des scènes ordinaires (des enfants discutant avec la contrôleuse). Il suit aussi Volodia qui descend sur les quais des gares où le train s'arrête pour voir ce que les babouchkas ont à vendre. Pendant tout ce temps, on n'a aucune idée de la géographie ni du temps passé. On est dans une bulle spatio-temporelle où la vie est au ralenti, entre sommeil, bavardage et gloutonnerie. C'est un ersatz d'aventure, mais un bel ersatz, qui a le mérite de faire mentir les clichés négatifs et de rectifier l'image froide et brutale renvoyée par le président actuel de ce pays complexe et fascinant."

Vincent OSTRIA, lesinrocks.com, 15 octobre 2014.

"(...) Une petite société cahotante, composée de soldats, d'éclopés et de philosophes, qui rappelle la Russie d'aujourd'hui mais aussi celle des conteurs qu'évoque Walter Benjamin dans un texte fameux autour de Nikolaï Lskov1. Truffé de récits simples et profonds, Quelques jours ensemble brille par la sûreté du point de vue qu'il construit et par l'humanité dont il se gorge, comme par la fermeté de sa narration, d'une suprême élégance."

François EKCHAJZER, Télérama n° 3378, 11 octobre 2014.

En cours de chargement ...