Interprétée par les cheikhates (des musiciennes itinérantes), la "aïta" est le cri qui devient chant, chant qui devient appel : appel à la mémoire, appel à témoin de la douleur, appel au dépassement de soi, la "aïta" est aussi un cri d'amour et d'espérance… Face à l’océan Atlantique, au sud d’El Jadida, le Moussem de Moulay Abdallah est le lieu d’expression idéal de la "aïta"…

Interprétée par les cheikhate, (des musiciennes itinérantes), la aïta est le cri qui devient chant, chant qui devient appel : appel à la mémoire, appel à témoin de la douleur, appel au dépassement de soi, la aïta est aussi un cri d'amour et d'espérance.

Face à l'océan Atlantique, au sud d'El Jadida, le Moussem de Moulay Abdallah est le lieu d'expression idéal de la aïta. Fatna Bent El Hocine, une des cheikhate les plus célèbres du pays, s'y produit chaque année avec sa troupe Oulad Aguida pour le bonheur des cavaliers de la fantasia et celui d'un public passionné.

En cours de chargement ...