A contrario des préjugés sur la banlieue et plus précisément sur le "9-3", Jean-Pierre Thorn filme le formidable métissage culturel qui a engendré une créativité musicale très riche et souvent collective (rock, slam, punk, hip hop), devenue porte-parole d'une jeunesse en perte de repères… Un film militant et stimulant !

"De l'apparition du rock au début des années 60, en passant par le punk puis le rap, Jean-Pierre Thorn retrace l'histoire de la contre-culture musicale du 93. Images d'archives, anecdotes et témoignages d'artistes montrent ici comment la Seine Saint-Denis s'est imposée comme une terre culturelle fertile. Une banlieue qui reste avant tout un "lieu de passage au grand turn over humain et urbain". Un endroit au sol mouvant, des quartiers où tout est systématiquement remodelé, déconstruit puis rebâti, donnant à ses habitants l'impression que "dans ce coin, rien ne peut devenir patrimoine". Un bel hommage à la résistance culturelle du département le plus stigmatisé de France."

Igor HANSEN-LOVE, L'Express, 25 novembre 2010.

"93, la belle rebelle, total respect."

Isabelle HANNE, Libération, 25 novembre 2010.

"Jean-Pierre Thorn ne propose ni un tract ni une thèse argumentée. Mais un kaléidoscope d'émotions et d'images, de coups de gueules et de rêveries. Aux réflexions des uns sur la banlieue s'entremêlent les souvenirs d'enfance des autres, de magnifiques archives, des séquences musicales d'une intensité rare... Vivifiant."

Marc BELPOIS, Télérama n° 3175, 20 novembre 2010.

"De la joie sans fausses notes. (...) C'est 
un demi-siècle de résistances musicales en Seine-Saint-Denis que nous propose Jean-Pierre Thorn, soutenu par Périphérie et avec la complicité 
de Zebrock, une heure 
de bonheur où se succèdent 
la nuit de la Nation, le bon rock à l'ancienne (Eddy sois bon), Marc Perrone, Aubervilliers 
du temps d'Edouard Luntz, 
le squat L'Usine de Montreuil, le déclin de la zone industrielle, les manifestations anti-Devaquet, les graffeurs et, 
on en rit encore, un face-à-face surréaliste entre Éric Raoult et NTM. La musique comme expression de ceux issus 
de milieux défavorisés, 
la musique comme haut-parleur des gens qui souffrent, tel est le "la" de l'œuvre."

J.R., humanité.fr, 24 novembre 2010.

En cours de chargement ...