Burkina Faso, pays Lobi, 1995… Le village de Gongonbili vit dans l'isolement après que les ancêtres promirent de ne plus jamais collaborer avec des étrangers… Une tradition forte et vivante y est perpétuée et les villageois sont craints et respectés alentour… Mais vivre en autosuffisance est-il encore possible ?

Entre respect de la tradition et les conséquences de la modernisation des conditions de vie, les villageois s'interrogent.

Il y a eu trop de massacres, trop de morts depuis le début du siècle dans le territoire Lobi. Les ancêtres ont prêté serment de ne plus jamais collaborer avec des étrangers.

Gongonbili est devenu le fief des irréductibles à toute idée de pouvoir qui ne viendrait pas des villageois eux-mêmes. L'idéal Lobi y est perpétué par une tradition forte et vivante. Aux alentours, on les respecte et on les craint, ils jouissent d'une solide réputation de bandits et de meurtriers qui n'est pas usurpée et qui accentue l'isolement du village.

Pourtant, la vie quotidienne a bel et bien changée, les jeunes ne trouvent plus de travail dans le pays, et il est maintenant impossible de vivre en autosuffisance.

Faut-il, pour exister, pour résister, renier la parole des ancêtres ? Le fait même d'accepter de participer à ce film, de travailler avec des étrangers, est un début de réponse...

En cours de chargement ...