Durant plus de 140 jours, les ouvriers de Legré-Mante ont occupé "leur usine", pour dénoncer une liquidation frauduleuse, manifester leur colère et réclamer justice. Ils n’ont rien obtenu de ce qu’ils demandaient et ont perdu aussi le procès en appel de la décision du tribunal de commerce qui avait prononcé la liquidation judiciaire. Pourtant, quand on voit l’état d’abandon des bâtiments et des ateliers, pas besoin de beaucoup d’explications pour comprendre dans quelles conditions travaillaient les ouvriers de Legré-Mante. Pas besoin non plus de beaucoup de preuves pour penser que cette fermeture était planifiée depuis longtemps, et cela pour des raisons de profit à court terme.

"Quelques ouvriers expliquent leur combat perdu contre une liquidation judiciaire frauduleuse. On est saisi par leur courage, leur honnêteté, leur amertume lucide et ironique."Marie-Noëlle TRANCHANT, Le Figaroscope. "Avec, pour preuves, les images d'une usine aux airs de Tchernobyl après la catastrophe, ce documentaire est une parfaite peinture de la lutte syndicale aujourd'hui : sans espoir. Peut-être parce qu'elle est perdue d'avance."Julien WELTER, L'Express. "Une usine au bord de la mer, à Marseille. (...) C'est dans cette presque ruine que les deux réalisateurs de ce documentaire ont filmé les ouvriers occupant les lieux (...). Dans cette friche moribonde, tels des fantômes, ils attendent, encore et encore, une conclusion, une réparation. En longs plans d'une beauté contemplative, seul le film semble capable de leur en offrir une."Cécile MURY, Télérama. "Un film non formaté et poignant sur les combats très actuels d'un monde ouvrier malmené."Chloé ROLLAND, Les Fiches du cinéma. "(...) un film qui n'est ni militant (pas de prise de position des réalisateurs) ni neutre (pas d'entretien avec les patrons), mais choisit plutôt de se tenir aux côtés de ces hommes et de ces femmes (...)."Jacques MANDELBAUM, Le Monde.

En cours de chargement ...